Kipour pour de vrai (poème)

C’est Kipour, pour de vrai,
Je l’ai senti ce matin,
L’odeur des feuilles mouillées,
Le temps incertain,
C’est kipour pour de vrai,

Brutalement les matins ténébreux,
La fatigue animale, l’angoisse avant l’hiver,
Le corps qui voudrait se mettre en attente.
C’est Kipour pour de vrai

Et ceux qui téléphonent pour assurer qu’ils seront là,
Et ceux qui savent qu’ils viendront comme chaque année,
Ceux qui se demandent, s’ils ne viendraient pas pour la première fois,
« Peut-on venir à Kipour, même si on est athée ? »
Ceux qui voudraient jeûner, mais en sont-ils déjà capables ?
Ceux qui craignent cette épreuve, s’en sentent-ils coupables ?
Ceux qui refusent l’idée, et ceux qui la caressent,
Avec ceux qui l’ont de longtemps épousée,
Qui par solidarité, qui pour marquer les temps, et qui pour la prouesse.

Et ceux qui ne viendront pas, entraînés par la vie,
Ceux qui ne peuvent pas nous rejoindre, disparus,
Et ceux qui n’ont pas pu venir au monde,
Ceux à qui l’on pensera, ce soir, demain, et chaque jour,
Et nos enfants ici, au début du parcours.

Ce soir tous seront là, même les absents,
Nous sommes peut-être fiers de notre année, ou peut-être déçus,
Ce soir même les avarianim peuvent se joindre aux prières.

Ce matin j’espère, j’espère encore une fois,
Ce matin je me souviens de tous ces autres matins,
Les kipour de mon enfance, mes kipour de rabbin,
Plein de l’espoir du renouveau de la confiance.

Lorsque mes pensées seront affaiblies,
Que mon corps porte encore les chants de la communauté !
Que cette année encore, ce jour entre les jours nous porte vers la renaissance,
Que l’avenir paraisse, au milieu des nuées !

C’est Kipour, pour de vrai,
Je l’ai senti ce matin,
Ce calme qui remplace l’agitation des préparatifs,
La concentration, pour moi, et la communauté,
C’est Kipour pour de vrai.

C’est Kipour, pour de vrai,
Je l’ai senti ce matin,
L’odeur des feuilles mouillées,
Le temps incertain,
C’est kipour pour de vrai,

Brutalement les matins ténébreux,
La fatigue animale, l’angoisse avant le froid,
Le corps qui voudrait se mettre en attente.

Il est temps de réaffirmer la vie, le renouveau,
l’humanité et la liberté qui circulent en nous,
Au-delà des hivers
C’est Kipour pour de vrai

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :